La Chemise en Jersey

Alors évidemment on a pas inventé la chemise - véritable pièce incontournable du vestiaire masculin - mais la chemise Paul c’est un peu l’histoire de la marque, un des tous premiers produits et c’est resté notre base dans toutes les collections. 

Et si on l’a pas inventée la chemise, on la bien revue et transformée à notre manière pour en faire un produit hybride entre la chemise et le tee shirt. 

Le cahier des charges était clair (ou presque): on voulait une chemise super cool, souple et confortable comme un tee shirt mais avec un minimum de tenue, notamment au niveau du col. On voulait la porter à la plage comme en ville. L’élégance de la chemise et la coolitude du tee-shirt. Facile non?

Et la chemise en Jersey, icône de la folie et de l’insouciance des années soixante dix, portée alors par tous les acteurs cool et chic de l’époque puis oubliée, renaît de ses cendres. 

Et ça n’a pas été chose facile. Pourquoi me direz vous? 

Et bien le Jersey c’est cette maille (tricot) utilisée normalement pour les t-shirts. Et pour travailler le Jersey, il faut des machines (à coudre) et des aiguilles pas comme les autres et donc une usine traditionnelle de chemises - croyez moi on en a rencontré un paquet - ça travaille le tissus en chaîne et trame (et donc pas la maille). 

A contrario, les usines ou les ateliers qui travaillent le Jersey, ne sont pas équipés pour fabriquer les pièces spécifiques aux chemises, à savoir un col, une poignée de manche, des boutonnières… Alors il a fallu être persévérant et un peu tatillon. 

A l’origine du projet on est allé au salon Première Vision à Paris. Après deux jours et des centaines d’étoffes entre les mains, j’avais trouvé LE Jersey de coton. Un Jersey ultra fin parce qu’on voulait un toucher incroyable, que les propriétaires de nos chemises ne puissent plus s’en passer.

Et cerise sur le gateau, on voulait un Jersey biologique non pas pour un vague positionnement marketing mais on avait juste conscience que les pesticides utilisés dans les champs de coton étaient dévastateurs.

Donc j’avais trouvé mon Jersey coton de 105 grammes au m2 au Portugal, alors on a tout simplement demandé à notre tricoteur au savoir faire centenaire, des adresses de façonniers. On en a rencontré pas mal pour finalement décider de commencer avec une petite usine dans la région de Porto ou est concentrée l'industrie textile au Portugal.

Après une bonne dizaine de protos, on avait enfin trouvé le bon mix. Une chemise bien décontractée avec de belles finitions et la bonne tenue du col et des poignées sans qu’ils soient pour autant rigides.

Et pour ça, on utilise traditionnellement un thermocollant, c’est une fine couche de tissus encollé qui vient s'intercaler dans certaines pièces de vos chemises: le col et le pied de col pour la tenue, les poignées et aussi la patte de boutonnage pour pouvoir faire les boutonnières et qu’elles tiennent.

qqRYZJaO2k_smsKbgXNaH4cROF4Z7RMCwel55jJf



I2GYgr2zeA2pFKJP4lSPmCDKg6JBTJidh7THvjVp

L’autre étape du projet était la couleur. Ceux qui nous connaissent un peu savent que la couleur c’est notre ADN - peut-être parce que le projet est né à Marseille. On a vite compris que proposer beaucoup de couleurs c'était se heurter aux minimums de production (par couleur!), trop importants quand on est une jeune marque.

La réponse est une fois de plus dans la technique ou le procédé. Plutôt que d’acheter notre jersey teint, nous l’achetons en écru dit "prêt à teindre". Les chemises sont façonnées en écru puis plongées dans des bains de teintures pour obtenir la bonne couleur. Le procédé est connu sous le nom de "garment dyed".

Pas mal d’avantages dans cette technique, les quantités fabriquées dans en écrus sont plus importantes vous l’avez compris, la réactivité pour d’éventuels réassorts mais aussi et surtout, les couleurs obtenues et le toucher (encore) sont uniques.

Alors j’entends d’ici, mais les bains de teinture c’est toxique non? On imagine les bains de teinture qu’on a visité dans la médina à Fès avec des feuilles de menthe sous le nez pour supporter l’odeur concentrée des colorants. 


n7vJ3BqSHrYxTleq-FhQhf2lXYjw8WYPy3s1Hozf

Et bien non, le procédé de teinture est labellisé Oeko-Tex ce qui garantit que une non toxicité pour l’environnement et pour la peau. En fait on a visité les teintureries, tout se passe dans des machines fermées et dont l’évacuation est directement reliée à un parcours de traitement d’eau usée. 

Ni0pdDnsCTzYHuVD93GhXraAcEYk5p_TC39TOxP7

Les autorités sanitaires de la région de Porto passent régulièrement vérifier que la teinturerie respecte bien le cahier des charges. Rassurés?

Alors on résume, un jersey de coton (pas besoin d’élasthanne le jersey donne naturellement de l’élasticité) biologique, de boutons en Corne made in France, un procédé innovant qui permet de multiplier les couleurs, un touché unique, une chemise dans un tee shirt, l’élégance, le confort et la coolitude.

Le concept est né et les garçons faciles avec.

Partager cet article

Associated products