Histoire d'éponge

C’est vrai que la première fois que j’en ai parlé, on m’a pris pour un illuminé.

Une chemise en éponge ?  Vraiment ?

Et pourtant, je ne l’ai pas inventé. Hommes femmes et enfants en portaient déjà dans les années 70. Pour vous rafraîchir la mémoire, on a sorti des archives le grand Sean Connery, qui arbore un combi-short en éponge dans le non moins légendaire « Goldfinger ». La classe non ?

Sean Connery "Goldfinger"

Mais alors pourquoi avoir fait le choix de le remettre au goût du jour ?

Et bien tout d’abord parce qu’il y a un côté balnéaire indéniable avec l’éponge qu’on associe rapidement à une serviette de plage. Il est vrai que Les Garçons Faciles s’identifient bien au beachwear

Et c’est également vrai que si l’idée de départ était de créer la surprise avec une pièce bien dégaine, on a aussi imaginé le côté fonctionnel chemise "sortie de bain sur mon bateau".

Alain Delon et Brigitte Bardot

Et comment sont nées les premières pièces?

D’abord il a fallu trouver la matière. On est donc parti faire notre sourcing au salon Première Vision à Paris, mais la plupart des exposants souriaient vaguement et n’avaient pas de réponse. C’est finalement chez notre partenaire au Portugal que nous avons trouvé notre bonheur. En fait, il travaille beaucoup avec des marques pour enfants car ce sont eux qui utilisent encore cette maille si confort. 

Alors on lui a demandé comment cette maille est tricotée, parce que bien évidemment, il ne s’agit pas de réelle éponge qui serait bien trop épaisse pour en faire un vêtement.

La bouclette (éponge n’étant pas tout à fait exact) est tricotée à partir de fils peignés (ce sont des fils plus lisses et très résistants) en coton organique dans notre cas. Le tricotage se fait sur un métier à tisser circulaire qui permet de réaliser une face en jersey "classique", et de l’autre, le métier laisse un fil dépasser de quelques millimètres pour former la fameuse bouclette

Matière éponge extérieure et intérieure

Une fois la matière trouvée, sa conception assimilée, et après l’avoir eu entre les mains, on s’est attaqué au dessin du modèle. Notre première idée était une chemise manches longues : on avait pensé à des boutons pression pour lui donner un côté plus cool et pratique. Notre modéliste bosse sur le patronage, on l’envoie à Porto et quelques jours plus tard, le colis arrive à notre porte. Et comme à chaque développement de produit c’est un peu Noël, on regarde le paquet et on hésite à l’ouvrir… La surprise sera-t-elle bonne?

Bam… Au premier coup d’oeil, on sent truc gênant arriver, on ne sait pas exactement quel est le problème mais le mauvais pressentiment est bel et bien là… Essayage en silence, le malaise se transforme. Grosse déception, j’ai l’impression d’être en pyjama !

Alors on cherche une solution et assez rapidement, de détail en détail, l’analyse est bouclée : il faut alléger la bête. L’éponge c’est top mais c’est beaucoup de matière, de volume, et la bouclette est imposante. Donc on enlève au max toutes les épaisseurs, les ourlets sont simplifiés, et dernière chose : on supprime les pressions qui ont accentué le côté pyj !  

Ensuite, on travaille la couleur et le "toucher", c’est super important pour que la chemise soit douce mais pas molle. On décide de pratiquer la technique de "garment dyed" qui consiste à fabriquer un article en écru puis de le teindre. Ça demande pas mal de savoir faire mais ça a bien des avantages (on vous en reparlera). L’éponge est teinte avec un traitement enzymatique (plus écologique) et des colorants réactifs. Tout ça bien évidement sous la certification OEKO- TEX STANDARD 100, qui garantit que la peau et l’environnement sont respectés.

Après deux autres essais, on a notre tout premier modèle : une chemise manches courtes avec deux fentes sur les côtés, une poche plaquée, et une boutonnière composée de nos boutons en nacre peinte usés à la main. La chemise LEONARD est née, et sera commercialisée l’été suivant. 

Polo Léonard en éponge

Gros succès ! Les boutiques qui souriaient achètent, et surtout trouvent leurs clients. On vend au Cap Ferret, à St Tropez, à Portofino, au Japon et aux Etats-Unis où on appelle ça "the Terry Shirt".

L’histoire de l'éponge chez Les Garçons Faciles est née mais ne s'arrête pas là, la gamme éponge s’agrandit et se stylise notamment avec du jacquard, technique de tricotage qui permet de réaliser un motif. Au fil des idées et des collections, la gamme éponge se développe pour aujourd’hui constituer une mini collection à elle seule.

On va donc vous parler vite fait de cette gamme, pour que vous soyiez bien dégaine cet été. 

Dans un premier temps, on a nos bestsellers qui sont le polo ARNO, le tee-shirt EMILIO, et le short ROMÉO : ils sont parfait pour un look structuré mais avec cet esprit beachwear qu’on adore.

Les bestsellers éponge

Suite à leur succès, le vestiaire s’agrandit et laisse place aux petits nouveaux qui seront la chemise MARIO pour un look 70’s, le classique chic polo ANTONELLO, et le fameux sweat DEAN aussi stylé que confortable. 

Élargissement du vestiaire éponge

Mais allons-nous nous arrêter là ? Ce serait mal nous connaître. On enchaîne alors avec le développement d’un motif jacquard marin, très populaire l'été, facile à assortir, et avec un esprit balnéaire qu'on affectionne. D'ailleurs il flatte plutôt bien la carrure, puisque les lignes horizontales élargissent le haut du buste. Le polo ARNO NAPOLI accompagné du EMILIO NAPOLI pointent le bout de leurs nez, arborant leurs rayures bicolore. Puis pour clôturer le tout, le polo OLIVE TORINO et le short TORINO ferment le bal en proposant un motif tricolore bien stylé.

Le motif jacquard marin


Bon c’est tout pour le moment, c’est déjà pas mal, et c’est sûr qu’on vous réserve encore plus de surprises pour la suite.

Vous pouvez retrouver l’intégralité des produits mentionnés sur le site et en multiples coloris. Alors lâchez-vous, il est temps de dégainer l’éponge pour le prochain été.

On vous donne rendez-vous en bord de mer !

Partager cet article